Comment diriger des employés plus âgés que vous?

Comment diriger des employés plus âgés que vous?
Age tendre contre troisième âge. ; " Des jeunes de vingt ans qui dirigent des quadragénaires... " Autant de gros titres dont les publications spécialisées se font les gorges chaudes et qui évoquent les problèmes de compatibilité de tranches d’âge que vivent actuellement les entreprises. Un magazine américain faisait récemment sa couverture sur la photo d’un directeur dans la force de l’âge cruellement sous-titrée : " Fini à 40 ans ". Et c’est un fait que, dans de nombreuses entreprises, de jeunes employés occupent aujourd’hui des postes à hautes responsabilités qui les amènent à diriger des employés souvent bien plus âgés qu’eux. Si toutefois vous vous trouvez confronté à ce type de situation, vous risquez de rencontrer quelques difficultés. Voici quelques astuces qui vous permettront de prouver que vous êtes un bon manager sans trop froisser de susceptibilités. Vous êtes peut-être la nouvelle petite merveille de l’entreprise, le futur P.D.G. en puissance, mais votre entreprise et ses employés ne sont pas nés de la dernière pluie. Dites-vous que cela fait quand même des années que votre entreprise est active sur le marché et qu’elle n’a pas attendu votre arrivée pour affronter les hauts et les bas de la vie économique. Il est toujours enrichissant de se pencher sur le passé de son entreprise et de respecter les gens qui étaient là avant vous. Vous changerez peut-être l’avenir de l’entreprise, mais ne comptez pas le faire du jour au lendemain.

Il faut d’ores et déjà vous faire à cette idée : certaines personnes ne vous porteront pas dans leur coeur. Ils mettront votre autorité, vos qualifications et vos compétences à l’épreuve. Cela n’a rien à voir avec votre personnalité, mais voir quelqu’un d’aussi jeune que vous à un poste aussi élevé est assez déstabilisant. Dites-vous que même si vous estimez mériter l’obéissance de vos subalternes, vous représenterez une menace aux yeux de certains employés qui penseront que vous leur avez volé la place, de ceux qui n’ont plus l’énergie ou les compétences nécessaires pour rivaliser avec vous, ou qui pensent avoir déjà atteint l’apogée de leur carrière. Je ne voudrais pas briser vos rêves, mais sachez que si de nombreuses personnes obtiennent des postes intéressants tôt dans leur carrière grâce à leur talent, d’autres obtiennent les mêmes postes simplement parce qu’ils demandent moins d’argent, ou qu’ils sont plus polyvalents ou plus disponibles que d’autres employés qui ont la charge d’une famille. Votre seule présence peut être intolérable pour un cadre quadragénaire père de deux enfants qui sait qu’il peut être à tout instant remplacé par un néophyte.


Pour rassurer les employés plus âgés que vous, mettez leur expérience en valeur en les consultant régulièrement. Dites-leur que vous respectez leur niveau d’expertise et que vous aimeriez pouvoir compter sur eux. Ce n’est pas un signe de faiblesse, c’est un moyen de se montrer solidaire.

Cette règle peut sembler quelque peu délicate à appliquer, mais c’est sans doute l’une des qualités les plus importantes qu’un employé en situation d’autorité puisse acquérir. Si vous aimez ce que vous faites, prenez soin de bien négocier l’évolution de votre carrière. Vous avez peut-être l’habitude de passer 12 à 15 heures par jour au bureau ou même de revenir travailler le week-end, surtout si vous êtes célibataire et que votre seule responsabilité domestique est de vérifier que la gamelle du chien est bien remplie. Les jeunes cadres oublient souvent de s’inspirer du mode de fonctionnement de cadres plus âgés qu’eux qui ont des responsabilités familiales qui les empêchent de se consacrer exclusivement au travail.

Respectez le fait que les autres employés peuvent avoir des responsabilités domestiques et des engagements familiaux, que vous n’expérimenterez peut-être pas avant des années. Claude, un employé quadragénaire, déclare : " Quand je suis au travail, je me sens coupable de ne pas être avec ma fille. Quand j’assiste au cours de danse de ma fille, je me sens coupable de ne pas être au travail. C’est une histoire sans fin ! " Même si vous êtes encore loin du jour où vous assisterez au cours de danse de votre fillette, où vous devrez garder votre enfant malade, etc., pensez que ce sont là des préoccupations que partagent chaque jour nombre d’employés.